La Micheline de 18 h 23           extrait N° 1 page 25

 

- Eh petit, c’est bien toi le garçon qui regarde passer les trains ?

- Heu ! Oui Madame…

- Mon mari voudrait te montrer quelque chose.  Ce n’est pas encore l’heure de la Micheline, tu as bien le temps ! Entre donc.

 Elle n’attendit pas ma réponse, sortit sur le pas de sa porte, posa une main sur ma tête et me fit entrer.

Elle semblait beaucoup plus jeune que son mari. C’était une femme solide, de forte stature mais aux gestes, à la voix et au regard étonnamment doux.

- Avance, dit-elle, il est dans les pièces du fond. C’est son royaume à lui là-bas. Moi je n’ai même pas le droit d’y passer le balai… N’aie pas peur, avance, je t’accompagne.

Elle poussa la porte au fond du couloir. Ce que je vis alors était stupéfiant. Une pièce dont le sol était couvert de rails, d’aiguillages, de passages à niveau, de rotondes et de ponts tournants en modèles réduits. Tout ce qu’il n’est possible de voir qu’en parcourant des kilomètres de voie ferrée était réuni là dans moins de vingt mètres carrés. Des locomotives anciennes noir corbeau et leurs wagons étaient à l’arrêt contre des heurtoirs en bout de lignes.

- Mais voilà notre amoureux de la Micheline !

C’était la voix de Monsieur Vayssettes qui venait du fond de la salle.

- C’est mon atelier ici, entre donc.

Il était plié en deux au-dessus d’un établi dont on avait raccourci les pieds. Il se tenait mi agenouillé mi assis sur une espèce de siège dont l’assise formait avec le dossier un angle surprenant. Je pensai que cela devait lui permettre, en le basculant, de caler son dos et d’avoir la tête suffisamment relevée pour travailler.

- Tu ne t’attendais pas à ça, n’est-ce pas ? Approche, nous serons mieux ici pour parler. Tu vois, tu n’es pas le seul à aimer les trains. Comme je n’ai pas la force d’aller jusqu’à eux, je me débrouille pour les avoir près de moi.

- Je vous laisse entre experts, dit la femme, vous devez avoir plein de choses à vous raconter…

 

 

 

Contactez moi !

 

Michel Fabre

 

Téléphone : 07 86 86 71 97  

 

Courriel:

contact@michelfabre.eu

 

Ou contactez moi  via le formulaire de contact dans la page contact